White cube, Brian O' Doherty

notes:

 

Avec le modernisme naît un nouvel espace d’exposition, la galerie. Brian O’Doherty décrypte ce phénomène dans White Cube. « Cet espace sans ombre, propre, artificiel, est dédié à la technologie de l’esthétique ».
Le spectateur est intrus dans cet espace ; même sur les photos d’expositions les spectateurs sont absents.
Le Salon au XIX propose un mur rempli de tableaux ou il ne reste plus un trou sur le mur. Les cadres sont massifs et permettent de fixer des limites entre les tableaux .  Au XIX l’attitude était peut être plutôt d’étudier le sujet et le cadre, définir les limites pour mieux les étendre serait plus une attitude propre au XXeme
Avec la pratique de la photo ou le cadre est  comprit dans la composition même de la photo et s’efface  et la perte de la profondeur au profit d’une certaine planéité, avec l’Impressionnisme t Monet viennnent bousculer le cadre.
Seitz accrocha pour la 1ere fois la toile nue sans le cadre.