Shining, Stanley Kubrick

Une belle démonstration de la folie, du délire provenant de l'isolement. Cette folie est évoquée de deux manières: portée par l'interprétation de jack nicholson d'une part et par les scènes étranges sur le"shining" sorte de pouvoir mystérieux que l'enfant possède.

La scène où l'on suit l'enfant qui conduit une petite voiture montre toute l'envergure du décor. Les artifices pour montrer un lieu immense me fait penser à la manière de filmer la villa dans Citizen Kane.