Soulages

 

On sent d'abord un intérêt pour la forme tracé en noir une sorte de signe qui va envahir progressivement la page, puis des formats hors norme. Il semble toujours joué de ce qui est tracé, de ce qui reste blanc. Les espaces blancs sui restent en viennent même a créer des formes en négatif. Ensuite en jouant sur la matière de la peinture , le tableau entièrement recouvert de noir, il ne peint plus qu'en retirant de la matière.

 

Le noir de Soulages se teint souvent de différentes nuances de noir tirant sur le marron, le vert... Le tableau oû il vient amener un bleu électrique derière une trainée transparente noire a quelque chose d'hypnotique. On sent un contraste de densité, sui amène une sorte de profondeur, un autre espace.

 

La scnéographie de l'exposition tente de trouver d'autres rapports que le White cube pour présenter les oeuvres de soulages qui sont entièrement noires. Une salle de l'exposition est peinte en noire on percoit ainsi mieux le relief de la peinture mais la question du cadre me semble bouleversé dans ce cas. Des murs sont également peints en orange pour mieux percevoir les reflets sur les surfaces brillantes de la toile.